La Syrie réclame au CS de mettre fin aux crimes de la « Coalition internationale » contre le peuple syrien

Damas / Le ministère des AE et des Expatriés a réclamé au Conseil de sécurité d’assumer ses responsabilités dans la préservation de la paix et de la sécurité internationales, de mettre fin aux crimes de la « Coalition internationale », dirigée par les Etats-Unis, contre le peuple syrien et d’obliger tous les pays à appliquer les résolutions relatives à la lutte antiterroriste.

Dans deux messages adressés au Secrétaire général de l’ONU et au président du Conseil de sécurité, le ministère a dit : « Les avions de combat de la « Coalition internationale », dirigée par les Etats-Unis, ont commis de nouveaux massacres les 1 et 2 du mois en cours en attaquant les quartiers dans le village de Berqos Foqani et la ville d’al-Boukamal dans le gouvernorat de Deir Ezzor, ainsi que le quartier Tawasso’ya dans la ville de Raqqa, faisant 57 martyrs, dont la majorité étaient des enfants et des femmes, des dizaines de blessés et de grands dégâts matériels ».

Le ministère a fait noter que la Syrie exprime sa vive inquiétude à l’égard du mutisme de la communauté internationale vis-à-vis de ces crimes.

Le ministère s’est, en outre, étonné du mutisme de l’ONU et de beaucoup de pays quant à l’attentat terroriste survenu dans le poste de police de Midan à Damas et qui avait fait des martyrs, des blessés de grands dégâts matériels.

« Le gouvernement de la République arabe syrienne dénonce avec les termes les plus sévères les crimes perpétrés par la Coalition internationale et les groupes terroristes contre les civils syriens et leurs attaques contre les infrastructures, les établissements économiques et de services, les installations pétrolières, et les propriétés publiques et privées en République arabe syrienne », a conclu le ministère.

 

A.Chatta

Check Also

Arrivée d’une nouvelle partie de Syriens déplacés venant de la Jordanie via le poste frontalier de Nassib

Daraa -SANA /Une nouvelle partie de Syriens déplacés est arrivée aujourd’hui via le poste frontalier …