Dans une conférence de presse, Jaafari : La Réunion d’Astana a réussi à consolider la cessation des hostilités

Astana / Le chef de la délégation de la République Arabe Syrienne à la Réunion d’Astana, Bachar Jaafari, a affirmé que la Réunion avait réussi à consolider la cessation des hostilités pour une période définie en prélude au lancement d’un dialogue inter-syrien.

«Nous avons œuvré, jour et nuit, ces deux jours pour faire réussir la Réunion et nous avons tout faire pour abolir les obstacles», a assuré Jaafari dans une conférence de presse tenue aujourd’hui.

Il a remercié la direction kazakhe pour les facilités qu’elle a avait présentées afin de faire réussir les travaux de la Réunion, ainsi que les amis russes et iraniens pour leurs efforts et leur contribution efficace au succès du régime de la cessation des hostilités, dans le but d’arrêter l’effusion de sang syrien.

Il a appelé les pays régionaux bien connus à mettre fin à leur soutien aux terroristes et à la contribution à l’effusion de sang syrien, et à reconsidérer leurs politiques erronées pour le bien de leurs peuples et de ceux de la région.

Questionné sur les pays régionaux qui soutiennent les terroristes, Jaafari a indiqué que la Déclaration finale de la Réunion, qui avait été adoptée par les trois pays garants, contient un paragraphe qui affirme que ces trois pays partagent l’objectif de la lutte contre le terrorisme et cite les deux réseaux terroristes de «Daech» et du «Front Nosra».

«Nous supposons que ces propos seront appliqués sur le terrain par la Turquie et les autres parties car la Déclaration adoptée est contraignante pour les signataires, dont la Turquie», a-t-il précisé.

Quant aux déclarations de la délégation des groupes terroristes, Jaafari a dit qu’il ne va pas commenter des informations car la Syrie est un Etat responsable qui évalue les questions adoptées d’une manière formelle.

«La réunion d’Astana a un objectif défini, à savoir la consolidation du régime de la cessation des hostilités et l’adoption des mécanismes, pour l’exécution de cet objectif», a-t-il précisé.

Questionné sur le fait de s’asseoir avec la délégation des groupes terroristes, Jaafari a indiqué qu’il était douloureux de s’asseoir dans la même salle avec des Syriens qui dépendent des agendas extérieurs, œuvrent à la solde des autorités étrangères et dont certains s’engagent aux groupes terroristes, faisant savoir que «nous l’avons fait pour sauver le pays et le peuple conformément à un agenda spécial».

«Quel que soit le prix pour nous, nous ferons tout pour arrêter la guerre terroriste contre le peuple syrien», a-t-il martelé.

En ce qui concerne le mécanisme de la supervision sur l’accord sur la cessation des hostilités, Jaafari a souligné qu’un mécanisme tripartite avait été adopté et que les moyens de l’appliquer seront mis au point plus tard, en consultation avec l’Etat syrien.

Concernant les déclarations de la délégation des groupes terroristes sur le rôle iranien lors de la Réunion, Jaafari a fait savoir que l’Iran est un des trois garants des négociations sur le cessez-le-feu, soulignant que l’Iran avait joué un rôle positif dans la conclusion de la formule définitive incarnée dans la Déclaration finale.

La question de savoir si cette Réunion constitue un prélude aux négociations de Genève, Jaafari a indiqué que les négociations d’Astana sont différentes de celles de Genève.

A propos de la forme de la coordination entre l’armée arabe syrienne et les factions signataires de l’accord sur la cessation des hostilités, Jaafari a dit que la Déclaration contraint les groupes qui avaient admis les accords.

Concernant la cessation de la considération de ces factions comme “organisations terroristes”, Jaafari a fait noter que ces groupes terroristes armés avaient décidé d’adhérer à un volet qui met fin à leurs pratiques terroristes et qui les pousse à prendre part à un nouveau processus, à savoir l’accord sur la cessation des hostilités par le biais de la garantie de trois pays.

Et Jaafari de poursuivre : “Ces groupes sont devenus convaincus que la poursuite des actes terroristes ne réalisent point des objectifs politiques, c’est pourquoi, ils ont choisi de prendre part à cette Réunion”.

Jaafari a assuré que tous les villages dans la vallée de Barada avaient été libérés et qu’une seule localité, à savoir Ain Fija, était restée, soulignant que le groupe terroriste qui s’y trouve est le “Front Nosra” qui utilise l’eau en tant qu’arme dans le but d’exercer des pressions sur les gens et le gouvernement.

“Les opérations militaires contre les terroristes du Front Nosra à Ain Fija se poursuivent”, a-t-il ajouté.

Répondant à une question sur l’absence de la mention de la ligne laïque de l’Etat syrien dans la Déclaration tripartite, Jaafari a assuré que l’effacement de la mention de la ligne laïque en Syrie avait eu lieu sur demande de la Turquie et des groupes armés participant à la Réunion d’Astana.

Lavrentiev : La délégation de la République arabe syrienne a joué un rôle important dans le succès de la Réunion d’Astana

Le chef de la délégation russe à la réunion d’Astana, Alexander Lavrentiev, a affirmé que la délégation de la République arabe syrienne avait joué un rôle important dans le succès de la Réunion.

Dans une conférence de presse qu’il a tenue au terme la Réunion d’Astana, Lavrentiev a précisé que “Nous avons réalisé des résultats positifs lors de la Réunion et pu parvenir à un mécanisme tripartite pour observer l’accord sur la cessation des hostilité en Syrie”.

Lavrentiev a apprécié la position “constructive et objective” de la délégation de la République arabe syrienne, qui avait exercé ses activités d’une manière transparente, professionnelle et diplomatique.

Par ailleurs, Lavrentiev a révélé qu’un groupe de travail sera formé et commencera son travail à Astana au début du mois de février prochain.

“Ce groupe comprendra des experts militaires et des spécialistes de l’armée arabe syrienne, de la Fédération de Russie, de l’Iran et de la Turquie et de l’opposition armée dans le but d’observer l’accord sur la cessation des hostilité “, a-t-il ajouté.

Lavrentiev a espéré que “l’opposition armée” déploie ses efforts pour faire des progrès dans les prochains pourparlers”.

De Mistura : Nous sommes prêts à contribuer à la consolidation, en permanence, de l’accord sur la cessation des hostilités

L’émissaire spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé que les Nations unies sont prêts à contribuer à la consolidation, en permanence, de l’accord sur la cessation des hostilités en Syrie.

Dans une conférence de presse qu’il a tenue au terme de la Réunion d’Astana, de Mistura a souligné que l’un des résultats fondamentaux de la Réunion s’était représenté dans l’adoption d’un mécanisme pour consolider l’accord sur la cessation des hostilités, pour interdire les violations et pour contribuer à l’accès des aides humanitaires.

De Mistura a apprécié les efforts déployés par le Kazakhstan et les pays garants pour le succès de la Réunion d’Astana, précisant que le dialogue global est la seule issue à la crise en Syrie.

De Mistura a qualifié de “très compliquée” la crise en Syrie, appelant à ce propos à profiter de l’accord sur la cessation des hostilités et à l’investir pour relancer le processus politique global.

D.H./ L.A. / A. Chatta

Check Also

Deux martyrs dans l’explosion d’une mine abandonnée par les terroristes dans la banlieue est de Daraa

Daraa-SANA / Deux enfants sont tombés en martyr alors que deux personnes ont été blessées …