Lors du sommet de l’action climatique à Dubaï, Arnous affirme que la Syrie s’était engagée et continue de respecter les accords internationaux relatifs à l’environnement

Dubaï – SANA / Le chef de la délégation de la République arabe syrienne au sommet mondial de l’action climatique, le Président du Conseil des ministres, Hussein Arnous, a affirmé que les mesures économiques unilatérales imposées à la Syrie ont accru les souffrances du pays en raison des effets du changement climatique. “Malgré cela, la Syrie continue d’œuvrer pour la protection de l’environnement et pour la lutte contre le changement climatique. Elle s’est engagée et continue de respecter les accords internationaux conclus dans le domaine de l’environnement et du changement climatique”, a-t-il précisé.

Dans son discours aujourd’hui lors du sommet mondial de l’action climatique, qui s’est tenu à Dubaï dans le cadre de la 28e session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 28), Arnous a adressé ses salutations et ses remerciements aux Émirats arabes unis pour l’organisation et la bonne tenue de la 28e session de la Conférence des Parties. Il a également exprimé sa gratitude envers le secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques pour tous les efforts consentis pour la tenue de cette conférence importante.

Arnous a déclaré : “La Syrie s’est sérieusement engagée dans les efforts mondiaux visant à faire face au changement climatique, à en atténuer les effets et à s’y adapter”.

Il a souligné que la Syrie souffre des effets du changement climatique, notamment avec la baisse des précipitations, l’aggravation des tempêtes de poussière et des vagues de sécheresse qui ont exacerbé le problème. Il a mentionné que ce qui aggrave encore ces effets et les multiplie est l’impact de la guerre terroriste sur l’environnement syrien, avec une augmentation importante de la pollution de l’air en raison des actes terroristes, la prise de contrôle des lignes et des puits de pétrole, leur incendie et leur raffinage de manière primitive dans les zones occupées par l’occupant américain au nord-est de la Syrie, la fuite du pétrole dans l’environnement, la pollution des sols et d’une partie des eaux de surface et souterraines, ainsi que la destruction de vastes étendues de forêts.

A.Ch.

Check Also

L’organisation mondiale de la santé: L’agression israélienne sur la bande de Gaza a provoqué une destruction d’infrastructures sans précédente

Al-Qods occupé – SANA / L’Organisation mondiale de la santé a affirmé que l’agression israélienne contre …