La Syrie affirme que les prétentions des Etats-Unis d’être préoccupés par la situation humanitaire du peuple syrien sont « une hypocrisie politique dévoilée »

New York-SANA/ La Syrie a réitéré son refus de prolonger le mécanisme d’entrée de l’aide dans le pays, soulignant que ce mécanisme représente une violation du droit international et du caractère sacré des frontières et des territoires syriens et un chantage politique et humanitaire.

Dans un communiqué de presse, la délégation permanente de la Syrie auprès des Nations unies a déploré les déclarations hostiles faites par le représentant permanent des Etats-Unis auprès des Nations unies au cours des derniers jours, soulignant qu’elles s’inscrivent dans le cadre d’une campagne de propagande ouverte menée par son pays et ses alliés des pays occidentaux pour prolonger les effets de la décision du mécanisme d’aide humanitaire transfrontalière.

La délégation a précisé qu’au moment où les pays occidentaux se disent soucieux de répondre aux besoins des Syriens par ce mécanisme, ils menacent de couper leur financement des activités humanitaires des Nations unies en Syrie au cas où ce mécanisme ne sera pas prolongé.

Le communiqué a souligné que le contenu de ces déclarations vise à détourner l’attention de la violation à travers ce mécanisme de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne.

Et le communiqué d’ajouter : « La prétention de l’ambassadrice américaine d’être préoccupée par la situation humanitaire du peuple syrien et que son pays lui fournit des subventions et une aide humanitaire représente une hypocrisie politique dévoilée qui est incompatibles avec les mesures inhumaines coercitives unilatérales imposées par son administration au peuple syrien, mesures qui représentent le terrorisme économique et la punition collective contre les Syriens, à ajouter leur impact négatif en limitant la capacité du gouvernement syrien à répondre aux besoins et à fournir des services de base au peuple syrien.

Le communiqué a ajouté que l’ambassadrice des Etats-Unis aurait dû annoncer la fin de l’occupation d’une partie du territoire syrien par les forces de son pays et mettre fin à leurs vols de pétrole, de récoltes agricoles et de biens culturels du peuple syrien.

« L’éloge du rôle turc par l’ambassadrice américaine exprime un consensus sur l’agenda des deux membres de l’OTAN pour parrainer les réseaux terroristes se trouvant à Idleb et ses environs et trouver des prétextes pour couvrir la présence des forces d’occupation turques sur le territoire syrien, ainsi que pour entraver l’acheminement de l’aide depuis l’intérieur de la Syrie et utiliser systématique l’eau comme arme contre les civils », a fait savoir le communiqué qui a affirmé que l’insistance américaine sur la poursuite des violations du caractère sacré des frontières et territoires syriens, que ce soit par l’infiltration illégale de ses délégations ou la prolongation de ce mécanisme, représente une violation du droit international et politique et un chantage humanitaire.

La délégation permanente de la Syrie auprès des Nations Unies a conclu son communiqué en exprimant l’engagement de la Syrie à coopérer avec ses partenaires nationaux et internationaux pour améliorer la situation humanitaire des Syriens dans toute la République arabe syrienne, soulignant que le centre de l’action humanitaire est la capitale, Damas, et non pas un autre endroit.

 

R.Bittar

Check Also

101 élèves participent aux éliminatoires définitifs de l’Olympique scientifique pour adolescents