Ala : Les rapports de la commission d’enquête internationale sur la situation en Syrie manquent d’autonomie

Genève-SANA / Hussam Eddine Ala, ambassadeur permanent de la Syrie auprès de l’ONU à Genève, a affirmé que les rapports de la commission d’enquête internationale sur la situation en Syrie manquent de moindres normes d’enquête « indépendante et objective » et adoptent des moyens de travail se basant dans les sources de leurs informations sur des parties vassales aux réseaux terroristes qui avaient contribué à l’effusion de sang du peuple syrien.

Lors d’une séance de dialogue tenue aujourd’hui par le Conseil des droits de l’homme sur le rapport émis par la commission sur la situation dans le gouvernorat d’Idleb et dans ses environs, Ala a indiqué que le nouveau rapport s’inscrit dans le cadre des rapports précédents qui sont irréels et qui ignorent les paramètres de la crise en Syrie, notamment le terrorisme soutenu par l’extérieur, l’agression menée par les Etats-Unis et la Turquie qui occupent illégalement des parties des territoires syriens et les mesures coercitives et unilatérales visant à sanctionner le peuple syrien à cause de ses options politiques et de son attachement à son Etat et à sa direction légale.

« Les opérations que les forces armées syriennes mènent à Idleb et dans d’autres régions syriennes ont pour objectif de lutter contre le terrorisme et de libérer leurs habitants de l’hégémonie des réseaux terroristes inscrits par le Conseil de sécurité sur la liste des entités terroristes affiliées à « Daech » et Al-Qaïda », a-t-il dit.

Et Ala de poursuivre : « Les opérations antiterroristes sont compatibles avec les engagements internationaux de la Syrie et ses engagements nationaux dans la protection de ses citoyens et dans la préservation de l’unité et de la sécurité de ses territoires face au terrorisme et à l’occupation ».

L’ambassadeur Ala a fait noter que les pays occidentaux en insistant récemment au sein du Conseil de sécurité sur l’acheminement de l’aide humanitaire aux zones de présence des groupes terroristes via des postes frontaliers illégaux démontrent l’ampleur de la politisation de leurs positions.

Ala a assuré que le gouvernement syrien réitère son engagement à répondre aux besoins humanitaires de ses citoyens partout sur les territoires syriens et à faciliter l’accès de l’aide humanitaire en Syrie par le biais des postes frontaliers légaux d’une manière compatible avec les résolutions régulant l’action des Agences humanitaires relevant de l’ONU.

Ala a affirmé que la souffrance humanitaire la plus sauvage imposée au peuple syrien est celle due au terrorisme économique et à l’embargo visant à appauvrir le peuple syrien et à approfondir ses crises.

A.Ch.

Check Also

L’agriculture familiale … Un pas en avant vers une société productive