Les deux commissions syrienne et russe : Parachèvement des mesures pour faire retourner ce qui est resté des Syriens déplacés dans le camp de Rukban

Damas-SANA / Les deux commissions syrienne et russe concernées par le retour des Syriens déplacés ont indiqué aujourd’hui que grâce aux efforts syro-russes, plus de 29 mille civils se trouvant dans le camp de Rukban à la frontière syro-jordanienne avaient été évacués, soulignant que l’action est en cours en vue d’évacuer ce qui est resté des civils du camp en vue de les faire retourner à leurs zones, libérées par l’armée arabe syrienne du terrorisme.

Dans une conférence de presse tenue dans le bâtiment du ministère de l’Administration locale et de l’Environnement, le ministre de l’Administration locale, Hussein Makhlouf, a dit : « Grâce aux mesures prises par l’Etat, en coordination et en collaboration avec la partie russe, plus de 29 mille civils déplacés dans le camp de Rukban avaient été évacués », faisant noter que des centres d’accueil temporaires avaient été préparés afin de les accueillir.

Makhlouf a indiqué que l’Etat syrien œuvre pour assurer les impératifs du retour sûr des personnes déplacées, les offres d’emploi et les services des infrastructures dans le cadre des efforts faits en vue de faire retourner la vie normale au pays.

De son côté, le vice-ministre des AE et des Expatriés, Fayçal Miqdad, a estimé que les camps, notamment le camp de Rukban, sont des colonies américaines sur le territoire syrien et que le crime perpétré par les Etats-Unis que ce soit dans le camp de Rukban ou dans celui d’al-Hol est considéré comme un crime de guerre et un crime contre l’humanité.

Miqdad a ajouté que la Syrie ne se taira point longtemps quant à l’occupation américaine illégale de son territoire, ni à l’agression quasi-quotidienne menée par les Etats-Unis pour détruire les infrastructures en Syrie, précisant que les Etats-Unis avaient détruit des ponts à l’Euphrate et des puits de pétrole dans la région syrienne, Jazira.

A.Ch.

Check Also

Des unités de l’armée entrent dans la ville frontalière de Ain Arab dans la banlieue nord-est d’Alep