Condamnations internationales des déclarations de Trump sur le Golan syrien occupé

Damas -SANA/   De nombreux pays et partis ont condamné et critiqué les déclarations provocatrices du président américain, Donald Trump, sur le Golan arabe syrien occupé.

Ils ont rejeté les déclarations américaines irresponsables et insisté sur les résolutions internationales qui confirment que le Golan restera arabe syrien pour toujours.

La Russie a affirmé que le Golan est un territoire syrien et que les déclarations du président américain, Donald Trump, à cet égard ignorent le droit international.

Dans un communiqué retransmis par l’Agence de presse « Sputnik », le ministère russe des AE a fait savoir que le Golan est un territoire arabe syrien qu’ « Israël » avait occupée dans la guerre de 1967  et l’avait illégalement annexé après 14 ans, affirmant la position constante de la Russie à cet égard.

Le ministère a ajouté que les déclarations de Trump font preuve de l’ignorance par Washington du droit international, des résolutions du CS et du principe de la terre en contrepartie de la paix adopté lors de la conférence de Madrid sur la paix tenue sous l’égide de la Russie et des Etats-Unis.

Le Kremlin a affirmé que les déclarations de Trump, sur le Golan syrien occupé « menacent la stabilité de la région du Moyen-Orient ».

Cité par l’agence de presse russe « Tass », le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, a précisé que de telles déclarations se solderaient par la déstabilisation de la situation tendue au Moyen-Orient et ne s’accordent en aucune manière avec les objectifs du règlement au Proche-Orient.

De son côté, L’Iran a indiqué que le Golan syrien est un territoire occupé conformément aux résolutions de l’ONU et du Conseil de sécurité.

Le porte-parole du ministère, Bahram Qassemi, a précisé que la solution réside dans la mise d’un terme à l’occupation israélienne du Golan

Qassemi a fait noter que la confiscation de terres par l’occupant et l’agression sont condamnées et que les déclarations du président américain sur le Golan syrien occupé ne changent pas la nature de son appartenance à la Syrie.

Le porte-parole iranien a souligné que l’entité sioniste n’avait aucune souveraineté sur les territoires arabes occupés et qu’il faut mettre fin immédiatement aux attaques et à l’occupation des territoires par cette entité.

Et Qassemi de poursuivre : « Les déclarations personnelles de Trump révèlent un autre côté de la véritable politique américaine dangereuse pour le monde entier, laquelle conduit cette région sensible à des crises successive ».

Le porte-parole du ministère a mis en garde contre les actes des Etats-Unis et de l’entité sioniste, qui conduisent la région à une nouvelle phase de conflit, ajoutant que l’Iran suit de près les développements actuels et que des politiques appropriées seront adoptées en coopération et en consultation avec la Syrie et d’autres pays.

De même, l’Allemagne a fait noter que le Golan est un territoire syrien occupé par “Israël” et que le gouvernement allemand rejette les mesures unilatérales.

Commentant les déclarations de Trump, le ministère français des AE a indiqué que le Golan est occupé par “Israël” depuis 1967 et la France ne reconnaît pas son annexion par “Israël”  en 1981.

En outre, la Grande-Bretagne a affirmé aujourd’hui que le Golan syrien occupé est un territoire occupé par « Israël » depuis juin 1967.

Dans un communiqué, le porte-parole du ministère britannique des AE a souligné que la Grande-Bretagne ne changera pas sa position envers le Golan syrien occupé et que l’annexion du territoire par force est interdite conformément au droit international, dont la Charte de l’ONU.

Le ministère autrichien des AE a assuré son attachement à sa position constante sur le Golan syrien occupé, disant: “Le Golan est un territoire syrien occupé par “Israël””.

Le ministère chinois des AE a, en outre, riposté aux déclarations de Trump sur le Golan syrien occupé en disant: “Concernant les territoires arabes occupés, y compris le Golan, il y a des dispositions claires dans les deux résolutions du Conseil de sécurité N°242 et N°338″.

Pour leur part, l’Egypte et la Jordanie ont affirmé leur position constante confirmant que le Golan syrien est un territoire arabe occupé conformément aux résolutions internationales”.

Le Yémen a affirmé sa position constante qui confirme que le Golan est un territoire syrien occupé depuis 1967.

Une source responsable du ministère yéménite des AE a considéré que les déclarations de Trump constituent une transgression flagrante du droit international et des résolutions de l’ONU, notamment celle du Conseil de sécurité N°497 pour l’an 1981.

Des partis et des personnalités libanais ont affirmé que les déclarations américaines s’inscrivent dans le cadre du soutien permanent à l’entité de l’occupant sioniste.

R.F. /   A.Chatta

Check Also

Des touristes espagnols visitent la ville archéologique de Palmyre

Palmyre -SANA/ Un groupe touristique espagnol a visité aujourd’hui la ville archéologique de Palmyre. Les …