L’ambassadeur Ala : Viser la Syrie par des résolutions politisées au sein du Conseil des droits de l’Homme se contredit au rôle présumé de ce dernier dans la protection des droits de l’Homme

Genève -SANA/ L’ambassadeur permanent de la Syrie auprès du bureau de l’ONU et des organisations internationales à Genève, Hussam Eddine Ala, a affirmé que viser la Syrie par des résolutions politisées et partiales dans chaque session du Conseil des droits de l’Homme est une approche inacceptable qui reflète l’hypocrisie politique de ceux qui les prennent et se contredit au rôle présumé du Conseil dans la protection des droits de l’Homme, conformément aux principes d’impartialité, d’objectivité et de non-sélectivité.

Lors d’une séance consacrée au projet de résolution /7/ sur la situation des droits de l’Homme en Syrie, l’ambassadeur a déclaré que ‘’le projet de résolution entre dans le cadre des résolutions précédentes déséquilibrées prises par ce conseil et l’immixtion dans des affaires hors de son mandat’’.

L’ambassadeur a affirmé le refus de la Syrie de faire des interprétations déformées et erronées de la législation nationale syrienne dans le projet de résolution, et son rejet du langage d’incitation hostile aux établissements de l’Etat syrien et l’utilisation des expressions qui égalisent entre le gouvernement légitime et les groupes terroristes armés, soulignant la condamnation de la Syrie des tentatives de porter atteinte à ses efforts déployés pour assurer le retour des personnes déplacées du fait du terrorisme à leur pays d’une manière volontaire qui préserve leur dignité et celles de propager des politiques qui exploitent leur souffrance à des fins politiques.

Et Ala de poursuivre : ‘’La négligence par le projet de résolution de condamner l’agression et l’occupation par certains pays des parties du territoire syrien s’oppose aux prétentions concernant le plein respect de la souveraineté et l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne’’.

“Ceci est un résultat naturel parce que les principaux pays parrains sont des partenaires de l’agression contre la Syrie et dans les opérations menées par la ‘’Coalition internationale’’ qui œuvre en dehors du cadre des Nations Unies et transgresse le droit international’’, a-t-il estimé .

Il a ajouté que la Syrie s’engage aux règles du droit international humanitaire et réitère son refus de prolonger le mandat de la Commission d’enquête internationale en tant que mécanisme politisé dénué des moindres critères d’objectivité et de professionnalisme.

L’ambassadeur a conclu en disant que ’’Les allégations sur le souci de soutenir le processus politique et de mettre un terme à la souffrance humanitaire ne s’harmonie pas au contenu du projet de résolution et méconnaître les raisons profondes de la crise, notamment le terrorisme, les politiques d’agression et d’occupation et les mesures coercitives unilatérales”, réaffirmant que la Syrie rejette le projet de résolution, qui est loin de la réalité, et appelle à voter contre ’’.

D.H./ L.A.

Check Also

Le ministère de la Santé lance lundi prochain une campagne de vaccination nationale

Damas-SANA/ Le ministère de la Santé a indiqué qu’il lancera lundi prochain une campagne de …