Mouallem : Nous n’autoriserons personne à intervenir dans nos affaires nationales

Damas / Le vice-président du Conseil des Ministres, ministre des AE et des Expatriés, Walid Mouallem, a rencontré aujourd’hui les délégations participant aux réunions du comité exécutif du Conseil mondial de la paix et de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique.

La rencontre a porté sur les derniers développements de la situation sur le double scène, syrienne et régionale, et sur les efforts faits en vue de mettre fin à la crise actuelle.

Mouallem a apprécié la décision du comité de tenir sa conférence annuelle à Damas pour se solidariser avec le peuple arabe syrien qui se tient ferme face à la conspiration universelle, disant : « Depuis 7 ans, la Syrie fait l’objet à un complot qui vise son existence et son unité, ce complot qui a coûté la vie à des milliers de Syriens, a causé la destruction des infrastructures de l’économie nationale et a pris pour cible l’armée arabe syrienne qui fait face à « Israël » et à l’hégémonie occidentale ».

Mouallem a indiqué qu’en dépit de la signature par les deux présidents, russe Vladimir Poutine, et turc Recep Tayyip Erdogan, d’un accord sur la création d’une zone démilitarisée à Idleb, les terroristes s’y trouvent jusqu’à présent avec leurs armes lourdes, « ce qui démontre que la Turque n’a pas d’envie de remplir ses engagements, c’est pourquoi la ville d’Idleb reste toujours sous le contrôle des terroristes soutenus par la Turquie et l’Occident », a-t-il précisé.

« Les Etats-Unis ont créé à l’est de la Syrie la soi-disant « Coalition internationale » qui a fait des milliers de victimes parmi les civils syriens, car les Etats-Unis luttent contre toutes les choses en Syrie sauf le réseau terroriste « Daech » qu’ils soutiennent d’une manière flagrante », a-t-il dit.

Il a fait noter que la Syrie œuvre avec sérieux pour parvenir à un règlement politique de la crise en Syrie et qu’elle avait pris part à toutes les réunions internationales tenues à Genève, Sotchi et Astana et aux efforts de la formation d’une commission constitutionnelle lors de la réunion de Sotchi.

Et Mouallem de poursuivre : « La Constitution est une affaire souveraine nationale qui doit satisfaire les aspirations du peuple syrien loin de toute ingérence étrangère ».

Il a affirmé que la décision relative au règlement politique de la crise est inter-syrienne et que la Syrie n’autorisera personne à intervenir dans ses affaires nationales.

Répondant aux questions et aux interventions, Mouallem a assuré que la Syrie accorde la priorité au retour des réfugiés à leurs localités et villages et œuvre pour réhabiliter les infrastructures dans les villes et les villages auxquels les réfugiés retourneront.

Mouallem a fait savoir que la Syrie coordonne avec les amis russes concernant Idleb, soulignant la déclaration du président russe à Ankara que l’accord est provisoire et que l’Etat syrien a le droit de reprendre sa souveraineté sur tous ses territoires.

Et Mouallem de conclure : « La Syrie ne se précipite pas dans les programmes de la reconstruction pour ne pas permettre à ceux dont les mains sont entachées de sang du peuple syrien d’y prendre part ».

A. Chatta

Check Also

Décrets présidentiels portant la nomination de nouveaux gouverneurs dans plusieurs gouvernorats

Damas-SANA/  Le président Bachar al-Assad a promulgué aujourd’hui le décret N°127 de l’an 2020 portant …