Jaafari : C’est aux Syriens de décider de la Constitution

New York / L’ambassadeur permanent de la Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari, a affirmé que c’est aux Syriens de décider de la Constitution et de tout ce qui y est lié et que la Syrie n’admettra aucune idée constituant une ingérence dans ses affaires intérieures.

Lors d’une séance tenue aujourd’hui par le Conseil de sécurité pour débattre la situation au Moyen-Orient, Jaafari a fait savoir que le gouvernement syrien avait souligné sa disposition à répondre positivement aux initiatives qui aideraient les Syriens à mettre fin à la crise à condition qu’elles sauvegardent les constantes nationales qui se représentent dans la préservation de la souveraineté, de l’indépendance et de l’unité de la Syrie, dans le droit exclusif du peuple syrien de décider de l’avenir de son pays loin de toute ingérence étrangère et dans l’éradication du terrorisme sur les territoires syriens.

« Partant de ce qui précède, le gouvernement syrien a pris part avec positivité aux pourparlers de Genève, au processus d’Astana et à la conférence du dialogue national inter-syrien à Sotchi, mais c’est les autres parties qui refusaient le dialogue et pariaient sur le terrorisme et l’intervention étrangère », a-t-il ajouté.

Il a fait noter que la Syrie avait positivement traité avec les résultats de la conférence de Sotchi représentés dans la formation d’une commission pour débattre la Constitution actuelle.

Jaafari a indiqué que la Syrie avait favorablement accueilli l’accord conclu à Sotchi sur le gouvernorat Idleb partant de son attachement à l’arrêt de l’effusion de sang, émettant l’espoir que l’accord réalisera ses objectifs, notamment par l’exécution du régime turc de ses engagements en vertu de l’accord.

Soulignant que l’accord d’Idleb a une date définie et fait partie des accords précédents sur les zones de désescalade dus au processus d’Astana, Jaafari a réaffirmé que la ville d’Idleb est comme n’importe quelle zone en Syrie retournera inéluctablement et prochainement sous la souveraineté de l’Etat syrien.

« La Syrie n’est sous la tutelle de personne », a-t-il martelé.

Jaafari a fait allusion au nouveau crime perpétré par la « Coalition internationale » illégale, conduite par les Etats-Unis contre les civils syriens innocents après que ses avions de combat aient bombardé samedi et dimanche derniers aux bombes de phosphore prohibées les maisons dans la ville de Hajine dans le gouvernorat de Deir Ezzor et y aient fait nombre de martyrs et de blessés, dont la majorité sont des femmes et des enfants.

« Cette Coalition lutte contre toutes les choses sauf le terrorisme, vu que ses pratiques s’harmonisent avec les objectifs des groupes terroristes dans la propagation du chaos, du meurtre et de la destruction, en plus de la poursuite de son soutien au réseau terroriste « Daech » et du transport de ses éléments à l’est de l’Euphrate pour exécuter ses plans hostiles à la Syrie », a-t-il dit.

Et Jaafari de conclure : « Pour préserver le minimum de la crédibilité du Conseil de sécurité, celui-ci doit engager immédiatement une enquête internationale sur ces crimes et agir immédiatement pour les arrêter, interdire leur répétition, mettre fin à la présence illégale des forces américaines et des autres forces étrangères sur les territoires syriens et les empêcher d’exécuter leurs plans visant à porter atteinte à l’unité et à l’intégrité territoriale de la Syrie ».

R.F. / A. Chatta

Check Also

L’armée reprend le contrôle de grandes superficies des collines de Safa

Soueidaa / Les unités de l’armée arabe syrienne, opérant dans la région sud, ont réalisé pendant …