Damas affirme son rejet du communiqué du ministre français des AE

Damas / Le ministère des AE et des Expatriés a dénoncé le communiqué publié par le ministre français des AE et qui lance une accusation injuste contre la Syrie d’avoir utilisé des armes chimiques à Khan Cheikhoun, affirmant son refus de la position française hostile et des positions similaires des pays occidentaux.

Dans une déclaration qu’elle a donnée aujourd’hui à SANA, une source officielle du ministère des AE et des Expatriés a assuré que le communiqué français reflète une fois de plus le type de la politique française qui n’avait pas pu sortir du tunnel sombre dans lequel les gouvernements français consécutifs l’avaient fait entrer via leurs politiques qui avaient nui à la France et à son rôle dans le règlement des problèmes dans la région et le monde et qui s’étaient soldées par son implication dans les positions soutenant les réseaux terroristes.

La source a fait allusion à l’implication de l’ancien ministre français des AE, Laurent Fabius, dans l’usage par les groupes terroristes d’armes chimiques à Ghouta est en août 2013.

Et la source de poursuivre : « Le ministère des AE et des Expatriés en République arabe syrienne affirme que les rapports des services de renseignement français sur lesquels le ministère français des AE se base sont de tromperie », indiquant que les positions des Etats-Unis et d’autres pays occidentaux démontrent que le ministère français des AE n’avait pas compris les raisons de l’échec complet de leurs politiques dans la région.

« Si la France souhaite prendre part à l’effort international dans la lutte contre le terrorisme, elle devra changer ces positions et mettre fin à son soutien aux réseaux terroristes », a-t-elle conclu.

Damas : Le rapport de la mission du mécanisme d’enquête conjointe n’est pas honnête

Le ministère des AE et des Expatriés a réaffirmé que le rapport de la mission du mécanisme d’enquête conjointe ONU-OIAC, publié le 26 du mois dernier, démontre que le mécanisme n’avait pas pu s’élever au niveau adéquat de la crédibilité et de la précision pour publier un rapport « non honnête, partial et non objectif ».

Dans un message adressé au Secrétaire général de l’ONU et au président du Conseil de sécurité, le ministère a souligné que le rapport de la mission inclut clairement des erreurs techniques et juridiques.

Le ministère a fait allusion à la politisation systématique que suivent les pays occidentaux pour dévier l’enquête de ses objectifs en falsifiant les faits et en obtempérant aux demandes de ces pays qui avaient apporté toute forme de soutien aux groupes terroristes, notamment les agents chimiques et la tromperie médiatique.

Le ministère a assuré que les deux missions d’établissement des faits et du mécanisme de l’enquête conjointe ne s’étaient pas engagées à leur mandats lorsqu’elles avaient refusé de mener une visite au lieu de l’incident à Khan Cheikhoun et à la base aérienne de Ch’eyrat.

 

A.Chatta

Check Also

Mouallem à Pékin dans une visite officielle visant à discuter des moyens de renforcer les relations entre la Syrie et la Chine

Pékin – SANA/ Le vice-président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères et des …