Sabbagh : Aucune partie étrangère n’a le droit d’exercer des pressions sur la volonté du peuple syrien

Damas/   Le président de l’Assemblée du peuple, Hamouda Sabbagh, a affirmé, aujourd’hui lors de sa rencontre avec le président de l’Union eurasiatique, le turc Hasan Cengiz, et la délégation qui l’accompagne, que le président du régime turc avait suivi une politique hostile à la Syrie dès le début de la crise, ce qui a abouti à l’effusion de sang des Syriens en dépit des relations étroites entre les deux peuples, syrien et turc.

Sabbagh a indiqué que la présence militaire turque au nord de la Syrie constitue une agression et une transgression flagrante des droits internationaux qui insistent sur le respect de la souveraineté et de l’indépendance des pays.

« Aucune partie étrangère n’a le droit d’intervenir et d’exercer des pressions sur la volonté du peuple syrien », a-t-il réaffirmé.

De son côté, le chef de la délégation a mis l’accent sur les relations d’amitié « étroites » existant entre les deux peuples turc et syrien, faisant noter que la guerre déclenchée contre la Syrie s’inscrit dans le cadre du projet du nouveau Moyen-Orient  qui vise à émietter les pays de la région.

Pour leur part, les membre de la délégation ont rejeté l’agression américano-franco-britannique contre la Syrie et ont assuré que cette agression se base sur la « pièce de théâtre de l’usage d’armes chimiques » présumée et utilisée comme prétexte afin de mener cette agression.

R.F. /  A. Chatta

Check Also

L’occupant turc réattaque des villages dans la banlieue de Hassaké

Hassaké-SANA / L’occupant turc a rebombardé les villages de la zone de Tell Tamr dans …