Damas : Le rapport de l’OIAC sur l’usage d’agents toxiques à Lattamena en 2017 est de tromperie

Damas-SANA / La Syrie a affirmé que le rapport de l’OIAC sur l’usage d’agents toxiques dans la localité de Lattamena en 2017 est de tromperie et inclut des conclusions falsifiées et fabriquées visant à déformer les faits et à en accuser le gouvernement syrien.

Dans un communiqué, dont une copie est parvenue aujourd’hui à SANA, le ministère des AE et des Expatriés a fait noter : « L’OIAC a émis le 8 avril 2020 un rapport de tromperie de la soi-disant « équipe d’enquête et identification » qualifiée d’ « illégale » par la Syrie et de nombreux pays ».

Le ministère a ajouté que le rapport avait inclut des conclusions fabriquées visant à déformer les faits et à accuser le gouvernement syrien d’utiliser des agents toxiques en 2017 dans la localité de Lattamena en s’appuyant sur des sources élaborées et fabriquées par les terroristes du Front Nosra et la soi-disant « Organisation des Casques blancs » terroriste en exécution des instructions de leurs commanditaires aux Etats-Unis, en Turquie et dans certains pays occidentaux connus pour leur ignorance des moyens et des méthodologies de l’action de l’OIAC.

« La République arabe syrienne condamne vivement le contenu du rapport de la soi-disant « équipe d’enquête et d’identification » illégale, dément catégoriquement en même temps son usage de gaz toxiques dans la localité de Lattamena et dans n’importe quelle ville ou n’importe quel autre village syrien et affirme que l’armée arabe syrienne n’avait pas recouru à de telles armes dans les plus difficiles batailles qu’elle avait menées contre les réseaux terroristes armés », a-t-il dit.

Le ministère a ajouté que la République arabe syrienne assure que les conclusions de ce rapport constitue un autre scandale pour l’OIAC et son équipe d’enquête, s’ajoutant au rapport de l’incident de Douma 2018, faisant savoir que toutes ces allégations falsifiées et ces accusations injustes ne l’empêchent pas de poursuivre sa guerre contre le terrorisme et ses commanditaires dans le cadre de la défense légale de sa souveraineté et de son unité.

Et le ministère de poursuivre : « La Syrie appelle la communauté internationale à rejeter ces nouvelles allégations falsifiées et regrette la transformation de l’OIAC en un outil pour exécuter les plans hostiles des Etats-Unis et de leurs alliés et en un lieu pour régler les comptes politiques avec la Syrie qui lutte contre le terrorisme à la place du monde entier.

Le ministère a conclu en affirmant que la République arabe syrienne rejette catégoriquement l’usage d’armes chimiques par n’importe quelle partie, que la Syrie n’avait point utilisé cette arme et qu’elle ne le fait pas actuellement, car elle n’en dispose pas et car elle considère que l’usage de ces armes toxiques se contredit avec ses engagements moraux et juridiques.

A.Ch.

Check Also

Jaafari : Les deux gouvernements américain et turc mettent le feu dans les récoltes agricoles

New York-SANA / Bachar Jaafari, ambassadeur permanent de la Syrie à l’ONU, a affirmé que …