Sabbagh : L’exploitation de l’OIAC par certains pays occidentaux pour réaliser leurs objectifs politiques menace l’avenir de l’Organisation

La Haye-SANA/  Vu que les Etats-Unis et plusieurs pays occidentaux recourent à soumettre des questions ayant des motifs politiques et qui ne sont pas soutenues par tous les États parties, la 4e conférence sur l’examen du déroulement de travail en vertu de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques « CIAC », qui avait été tenue entre 21 et 30 novembre 2018, a échoué dans l’adoption du projet de document final.

Dans une déclaration qu’il a donnée à l’Agence SANA, l’ambassadeur permanent de Syrie auprès de l’OIAC, Bassam Sabbagh, a indiqué que cette conférence, tenue tous les 5 ans, offre une opportunité importante aux pays membres de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques « OIAC » afin de récupérer l’unité dans son travail et de mettre fin à la division due à la politisation et à la politique de double critère exercées par certains pays occidentaux, notamment leur ignorance de l’usage d’armes chimiques par les réseaux terroristes en Syrie contre les civils, dont le dernier avait eu lieu le 24 novembre à Alep.

Sabbagh a affirmé que la Syrie avait participé avec efficacité à toutes les étapes des négociations sur le projet de document final.

Il a regretté l’usage de l’OIAC par certains pays occidentaux, notamment les Etats-Unis, comme plateforme pour réaliser leurs objectifs hostiles à certains pays, dont la Syrie, faisant noter que ce comportement suscite l’inquiétude et menace l’avenir de l’Organisation.

Sabbagh a enfin assuré que la Syrie avait rempli ses engagements en vertu de la CIAC et avait détruit ses armes chimiques et ses installations de leur production dans une courte durée.

R.F. / A.Chatta

Check Also

Sit-in à Majdal Chams contre les déclarations de Trump sur le Golan syrien occupé

Quneitra-SANA / Nos compatriotes au Golan syrien occupé ont observé ce soir un sit-in sur …