Dans son allocution lors de la réunion d’Astana, Jaafari : Nous espérons poursuivre le processus d’Astana de façon qui sert les aspirations du peuple syrien

Astana / Les délégations  participant à la réunion d’Astana sur le règlement de la crise en Syrie ont tenu aujourd’hui une réunion dans la capitale kazakhe.

Le chef de la délégation de la République Arabe Syrienne à la réunion d’Astana, Bachar Jaafari, a espéré, dans une allocution prononcée à cette séance, la poursuite et le succès du processus d’Astana de façon qui sert les aspirations du peuple syrien à l’instauration de la sécurité sur tout le territoire syrien.

Pour sa part, le chef de la délégation russe, Alexander Lavrentiev,  a dit : «Dès la 1ère réunion d’Astana, de grands efforts ont été déployés pour garantir la poursuite du régime de la cessation des hostilités et à travers les efforts communs nous pouvons  rapprocher les points de vue et instaurer la paix en Syrie».

Il a affirmé que notre mission est de soutenir le régime de la cessation des hostilités en Syrie.

Pour sa part, le chef de la délégation iranienne , Hossein Jaberi Ansari, a affirmé l’engagement de son pays à apporter toute aide pour le règlement de la crise en Syrie.

«Le plus important à Astana est d’entamer le dialogue sur le cessez-le-feu», a-t-il dit, appelant tous les pays à définir leur rôle dans l’avenir de la Syrie et de son peuple qui a beaucoup souffert.

Il a ajouté que les efforts communs seront déployés pour l’arrêt des violations et l’accélération du processus de paix.

Il a appelé toutes les parties à déployer tout effort pour la relance du dialogue inter-syrien.

Auparavant, le chef de la délégation iranienne a jugé “importante” la poursuite du processus qui avait été entamé lors de la 1ère réunion d’Astana.

Dans une déclaration faite à la chaîne libanaise «al-Manar» Jaberi Ansari a souligné des difficultés dans les négociations, dont certaines étaient liées à l’opposition et à ses soutiens».

Le ministre kazakh des affaires étrangères, quant à lui, a exprimé, au début de la séance, son souhait que cette réunion soit «constructive» et que des pas pratiques soient pris sur le règlement de la crise en Syrie.

Des sources proches du côté kazakh a souligné qu’il n’y aura ni une Déclaration ni un document mais des allocutions protocolaires.

D’autre part, le porte-parole du ministère kazakh des affaires étrangères, Anwar Zhaynakov, a annoncé que les consultations entre les délégations participant à la réunion d’Astana avaient commencé avant le début de la séance générale, précisant que la délégation des réseaux terroristes joindra ultérieurement les rencontres bilatérales.

Le Directeur du département d’Asie et d’Afrique au ministère kazakh des Affaires étrangères, Aidarbek Tumatov, a souligné aux journalistes la réduction de la représentation turque à la réunion, ajoutant que la délégation des réseaux terroristes comprend 9 terroristes.

«La réunion finale se tiendra à 14:h »,  a-t-il fait savoir.

Dans une déclaration aux journalistes reproduites par l’agence de presse russe “Tass”, Tumatov a indiqué que les participants à la réunion d’Astana examinent la Déclaration finale de la réunion et la possibilité de la formation d’un « groupe de travail » pour contrôler la cessation des hostilités, ainsi que des questions concernant l’adhésion de régions déterminées au régime de la cessation des hostilités.

Tumatov a ajouté que les participants à la réunion d’Astana envisagent poursuivre leurs entretiens aujourd’hui et parvenir à une décision déterminée, précisant que les rencontres tenues à Astana sur la crise en Syrie assurent une opportunité pour discuter des questions pratiques, tandis que les côtés politiques pour résoudre la crise en Syrie seront examinés lors des entretiens de Genève.

R.B. / L.A.

Check Also

Wang Yi à Chaabane : La lutte antiterroriste, le dialogue et la reconstruction sont les trois piliers pour sortir de la crise en Syrie

Pékin / Bouthayna Chaabane, Conseillère politique et médiatique à la présidence de la République, a ...