Jaafari : Libération de plus de 80 mille enfants et femmes à Alep

New York / Le représentant permanent de la Syrie auprès de l’ONU, Bachar Jaafari, a indiqué qu’une fois de plus, les représentants du réseau terroriste du “Front Nosra” et les groupes qui y sont affiliés tiennent une séance extraordinaire dans le but de leur apporter un soutien moral et politique.

Dans une intervention lors d’une séance tenue par le Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, Jaafari a dit : “Les représentants d’Al-Jolani et de Daech en marchandant le sang syrien par le biais du dossier humanitaire n’obligeront pas la Syrie, soutenue par ses alliés, d’exercer son devoir juridique dans la lutte contre le terrorisme”.

“La libération de plus de 80,000 enfants et femmes à Alep ne faisait pas partie des plans du Département d’Etat américain et des ministères français et britannique des AE qui prétendent toujours avoir défendu les civils à Alep”, a-t-il dit.

Et Jaafari de poursuivre : “Le gouvernement syrien s’engage à la lutte contre le terrorisme et œuvre pour parvenir à un règlement politique par le biais d’un dialogue inter-syrien et sans conditions préalables”.

Jaafari a précisé que l’envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, et le Secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires, Stephen O’Brien, n’avaient pas utilisé le mot de « terroristes », mais l’expression des « groupes armés des autres pays », quand ils avaient abordé l’interdiction au civils à l’est Alep d’en sortir, « ce qui signifie que ces groupes terroristes utilisent les civils comme des boucliers humains », a-t-il fait savoir.

Jaafari a insisté que «le théâtre de l’absurde pratiqué aujourd’hui au sein du Conseil par certaines parties à travers des déclarations tendancieuses, ne cachera pas la vérité du fait que les habitants dans certains quartiers à Alep avaient retrouvé l’espoir de vivre après leur libération par l’armée syrienne et ses alliés », a-t-il précisé, ajoutant que ce théâtre de l’absurde et « ses champions des représentants du Front Nosra » avaient échoué de déformer la réalisation militaire représentée par la libération des civils du terrorisme à Alep.

«À cet égard, le gouvernement syrien a soumis une demande au bureau du représentant résident des Nations unies à Damas lui demandant de prendre part aux efforts de secours exercés par le gouvernement afin d’atténuer les souffrances de dizaines de milliers à Alep  et d’informer le représentant résident de l’ONU d’utiliser les réserves dans les entrepôts de l’ONU dans la ville d’Alep en vue de répondre aux besoins fondamentaux des citoyens”, a-t-il fait savoir, précisant le représentant résident des Nations unies se rendra à Alep jeudi (aujourd’hui), après l’accord du gouvernement syrien.

Il a salué le soutien apporté par la Russie à la Syrie dans sa guerre contre le terrorisme qui s’était étendu pour inclure l’aide humanitaire et de secours, dont la dernière était la demande du président russe Vladimir Poutine aux ministères de la Défense et des Situations d’urgence d’envoyer des hôpitaux mobiles pour fournir une assistance médicale aux habitants d’Alep et des zones limitrophes.

« Il est temps que ce «théâtre de l’absurde» arrête ses pratiques qui ont provoqué la propagation sans précédent du terrorisme et terrifié l’Opinion publique internationale après son extension à presque toutes les parties du monde », a déclaré Jaafari, soulignant que ces Etats doivent réaliser qu’ils ne peuvent pas utiliser le terrorisme comme moyen pour transformer Alep en un autre Kandahar.

Il a critiqué les positions adoptées par certains pays qui avaient abandonné leurs responsabilités à l’égard de la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité, en particulier celle N° 2253, en ignorant les comportements de certains pays représentés par un appui financier et médiatique illimité aux terroristes.

Il a également critiqué les déclarations du ministre qatari des Affaires étrangères lundi dernier sur le soutien continu de Qatar aux terroristes.

Jaafari s’en est pris au rôle destructeur d’Israël en soutenant les réseaux terroristes dans la zone de désengagement au Golan syrien occupé et dans les environs de la ville de Daraa, principalement le réseau terroriste du Front Nosra.

« La dernière agression israélienne contre la zone de Sabourah, dans la banlieue ouest de Damas, est une tentative désespérée menée par Israël pour remonter le moral effondré des réseaux terroristes takfiristes qui avaient subi de lourdes pertes dans de nombreuses zones, en particulier dans la banlieue ouest de Damas », a-t-il souligné.

Jaafari a réitéré l’appel aux Etats membres du Conseil qui sympathisent avec les “terroristes modérés génétiquement modifiés” pour ramener leurs ordures brutales qu’ils avaient exportées en Syrie au cours des cinq dernières années et prendre soin d’eux, s’ils veulent, par l’établissement de zones d’autogestion dans leurs propres villes en Europe, aux États-Unis et dans d’autres régions.

Il a réitéré l’engagement du gouvernement syrien à sa politique qui repose sur l’équilibre entre la priorité de la lutte contre le terrorisme, en sa qualité de principale menace qui compromet la sécurité et la stabilité en Syrie, et la recherche d’une solution politique à la crise fondée sur le dialogue inter-syrien sans aucune ingérence étrangère ou des conditions préalables.

Jaafari a enfin indiqué que le gouvernement syrien attend toujours l’invitation de l’envoyé spécial des Nations unies à la Syrie pour reprendre le dialogue syrien suspendu depuis mai 2016.

Tchourkine : La Russie condamne toutes les tentatives de soutien des terroristes en Syrie

Pour sa part, le représentant permanent de la Russie à l’ONU, Vitaly Tchourkine, a exprimé la condamnation de son pays de toutes les tentatives de soutien des terroristes armés en Syrie sous des prétextes politiques.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité tenue aujourd’hui pour commenter le projet de résolution franco-britannique sur Alep, Tchourkine a fait noter : ”Nous refusons d’atteindre des objectifs politiques sous prétexte d’assistance humanitaire », a-t-il ajouté.  tchourkine

”La condition principale pour l’arrêt des hostilités à Alep se représente par la séparation entre la soi-disant ”opposition modérée” et les terroristes”.

Le représentant russe auprès des Nations unies a indiqué que les médias occidentaux falsifient les vérités en Syrie, rappelant à ce propos le désintéressement par la communauté internationale des personnes assiégées dans la ville irakienne de Mossoul et au Yémen.

Tchourkine a affirmé que la Russie appuie toute tentative de soutenir les efforts humanitaires à Alep, précisant que Moscou octroie les aides humanitaires aux civils qui s’y trouvent.

Pour sa part, l’émissaire spécial de l’ONU pour la Syrie, Stefan de Mistura, a indiqué que ”les groupes de l’opposition” interdisent aux civils à Alep de quitter les zones qu’ils contrôlent.

Il a à ce propos indiqué que son initiative à l’égard d’Alep est toujours sur le tapis et qu’il faut permettre aux Nations unies et à leurs alliés d’arriver aux civils à Alep.

Bulletin français

Check Also

Le président al-Assad accepte les lettres de créance de l’ambassadeur du Pakistan en Syrie

Damas/ Le président Bachar al-Assad a accepté aujourd’hui les lettres de créance de Rached Kamal en …