Séance de dialogue sur la guerre médiatique contre la Syrie dans le cadre de la réunion conjointe syro-russe

Damas -SANA/ Une séance de dialogue intitulée « La Syrie dans la guerre médiatique, comment triompher dans la guerre et consolider la paix, la stabilité et le développement » a été tenue aujourd’hui au palais des conférences à Damas, dans le cadre de la réunion conjointe syro-russe pour le suivi des travaux de la conférence internationale sur le retour des réfugiés.

Dans une allocution qu’il a prononcée, le ministre des AE et des Expatriés, Fayçal Miqdad a affirmé que l’objectif des pays occidentaux de la guerre contre la Syrie est de changer l’état politique et géographique dans la région ou au « Moyen-Orient », ajoutant que des milliards de dollars avaient été payés pour mener la tromperie médiatique occidentale dans le but de tuer le peuple syrien et détruire ses réalisations.

Concernant les mesures coercitives unilatérales imposées à la Syrie et à son peuple, Miqdad a affirmé qu’il y a des citoyens syriens, libanais et arabes qui ont été tués du fait de ces sanctions justifiées médiatiquement comme moyen pour exercer des pressions sur l’État syrien qui résiste et défend sa souveraineté et son peuple.

Pour sa part, Alexandre Lavrentiev, envoyé spécial du président russe, Vladimir Poutine, a souligné l’importance de poursuivre la lutte contre les réseaux terroristes, notamment à Idleb, et d’obliger la Turquie qui y assume la responsabilité des attaques terroristes d’exécuter ses engagements en vertu des accords conclus avec elle.

Il a de même insisté sur l’importance de poursuivre la lutte contre le réseau terroriste de « Daech » à l’est de la Syrie.

Lavrentiev a souligné qu’il y a un certain nombre de projets pour la reconstruction en Syrie, ce qui contribuera à stabiliser la situation économique et sociale dans ce pays, indiquant que son pays avait accordé un intérêt particulier lors de ses réunions il y a environ un an sur la nécessité du retour des réfugiés et déplacés syriens à leur pays.

Le ministre de l’Administration locale et de l’Environnement, Hussein Makhlouf, a indiqué que l’information syrienne s’est retrouvée il y a environ 11 ans au plus profond d’une guerre très dure et elle n’a pas hésité un instant pendant ces années à la mener.

« Les médias nationaux étaient côte-à-côte avec l’establishment militaire et un partenaire sur les fronts de bataille, faisant l’opinion, la pensée et la position… et contribuant à orienter l’opinion publique vers la vérité », a-t-il ajouté, précisant que la Syrie aspire aujourd’hui à l’étape post-victoire militaire et à la phase de construction et de production où le rôle des médias n’est pas moins important que celui des médias.

De son côté, le ministre de l’Information, Boutros Hallaq, a affirmé dans son allocution que la question des réfugiés est purement humanitaire et qu’elle s’est transformée en monnaie d’échange politique en tant qu’outil de la quatrième génération de guerres exploité par de nombreux médias dont les positions ont beaucoup changé et varié.

Il a affirmé que la Syrie triomphera de l’embargo injuste qui lui est imposé et œuvrera pour généraliser la culture de dialogue pour parvenir à une solution globale à la crise.

Pour sa part, la conseillère spéciale à la Présidence de la République, Bouthaina Chaabane, a souligné l’importance de la coopération syro-russe non seulement dans les deux domaines politique et économique, mais également culturel et humanitaire.

Chaabane a indiqué que le financement et les efforts consacrés à la guerre médiatique sont équivalents à ce qui a été alloué à la guerre militaire, et que les médias occidentaux sont des médias systématiquement financés et établis, donc ils sont capables de faire diffuser leurs nouvelles dans le monde.

Chaabane a mis l’accent sur l’importance des médias nationaux syriens pour commercialiser les idées et les opinions syriennes à l’instar des expériences russes et chinoises dans le mécanisme de leur orientation vers les médias mondiaux.

Chaabane a souligné l’importance de confronter les médias occidentaux en préparant des mécanismes de travail médiatiques clairs et déterminés, indiquant que ce que la Syrie avait combattu dans la question des armes chimiques, en étroite coopération avec les amis russes, avait fait preuve qu’elle est capable de créer des failles dans les médias occidentaux et de saper leurs mensonges.

R.F./R.B.

Check Also

Poursuite du processus de régularisation de la situation à Deir Ezzor et à Raqqa

Deir Ezzor et à Raqqa-SANA / Dans le cadre des efforts déployés par l’État pour …