Le président al-Assad et Mme Asma al-Assad visitent le salon « Producteurs 2020 »

Damas-SANA / Le président Bachar al-Assad et Mme Asma al-Assad ont visité aujourd’hui le salon « Producteurs 2020 » à Tekkiya al-Souleymaniah à Damas, auquel ont pris part des producteurs du gouvernorat d’Alep, dont les installations, ateliers et magasins avaient été endommagés pendant la guerre et qui ont relancé le travail et la production grâce à la détermination des Syriens qui font l’objet de l’embargo et des sanctions injustes visant leur pays.

Lors d’une tournée dans les pavillons du salon, le président al-Assad et Mme al-Assad ont écouté des participants et des producteurs un aperçu exhaustif sur leur participation au salon et son importance en tant que plateforme pour commercialiser et promouvoir, au niveau interne et externe, les produits des usines et des ateliers réhabilités et qui avaient été redémarrés par le biais du soutien apporté par les micro et moyens projets dans le but de soutenir l’économie nationale, briser l’embargo et abaisser les prix.

Le président al-Assad s’est adressé aux participants au salon en disant : « Je vous remercie en premier lieu, parce que si vous ne vous teniez pas ferme à Alep, si nous n’aviez pas décidé dès le début d’être positifs et actifs et si vous n’aviez pas le défi, sans lequel l’être humain ne peut pas réussir, surtout durant ces circonstances, nous ne pourrions pas parvenir à ce début réussi ».

Et le président al-Assad d’ajouter : « Lorsque nous rencontrons des producteurs durant ces circonstances particulières, dures et difficiles dont la Syrie fait l’objet après l’indépendance, nous y trouvons un message très particulier, vu qu’Alep était depuis environ 3 ou 4 ans assiégé par toutes les parties et qu’elle avait été bombardé sans cesse, mais elle a poursuivi la production », soulignant que comme le blocus imposé à Alep n’avait pas des effets, l’embargo imposé à la Syrie, qui ne peut point être moins dur que le blocus imposé à Alep, ne serait pas la raison du problème dont nous souffrons, car il y a la question du pétrole, du blé et de l’incendie des régions nord-est.

Et le président al-Assad de poursuivre : « Le problème économique a une autre raison dont personne ne parle, celle de fonds pris par les Syriens et déposés au Liban, et après la fermeture des banques au Liban, nous avons payé le prix », assurant que la crise avait débuté avant la « Loi César » et après des années de l’embargo, par les fonds qui étaient disparus et qui sont estimés au minimum à 20 milliards de dollars et au maximum à 42 milliards de dollars. Nous ne savons pas le chiffre exact, qui constitue pour une économie comme celle de la Syrie un chiffre trop élevé ».

« Alep est le cœur de l’industrie et la base de la production en Syrie. Si nous étions avant la guerre, nous dirions qu’il faut se centrer davantage sur la production, et actuellement vous présentez un exemple à suivre dans la production », a-t-il dit.

Et le président al-Assad de conclure : « Au lieu de perdre le temps dans la parole et la déception, vous vous orientez vers la production, avec un peu de soutien et beaucoup de détermination pour parvenir en une courte période à des produits».

Les participants au salon ont affirmé que la visite du président al-Assad et de Mme Asma al-Assad adresse un grand message de soutien au processus de production dont l’économie nationale a besoin à l’ombre de l’embargo et des sanctions injustes visant le peuple syrien.

A signaler que le salon, qui ouvre ses portes quotidiennement de 16h00 à 21h00 du mois en cours, a été organisé par le Groupe arabe des expositions et des conférences.

A.Ch.

Check Also

Des délégations populaires et officielles présentent leurs condoléances pour le décès du Cheikh Khalifa ben Zayed

Damas –SANA/ L’ambassade des Émirats arabes unis à Damas a poursuivi l’accueil des délégations qui …