Abbas: La Syrie était et restera le soutien essentiel à la lutte du peuple palestinien

Téhéran / La présidente de l’Assemblée du peuple, Hedya Abbas, a affirmé que la Syrie était et restera le soutien essentiel à la lutte du peuple palestinien et à ses droits légitimes, précisant que l’une des raisons de sa prise pour cible et de la guerre lancée contre elle est sa position constante et de principes défendant le peuple palestinien et le Front de la résistance.

«Les faits dans la guerre terroriste qu’affronte la Syrie depuis plus de 6 ans confirment que l’objectif essentiel était d’affaiblir son rôle dans le soutien à la cause palestinienne et au front de la lutte contre l’occupation», a assuré Abbas dans une allocution prononcée devant la 6ème conférence internationale sur le soutien à l’Intifada palestinienne, tenue à Téhéran.

Elle a ajouté que l’entité sioniste est la base arrière dans le soutien aux réseaux terroristes en Syrie aux niveaux logistique, militaire et d’accueil de leurs blessés dans ses hôpitaux, ce qui confirme les liens étroits entre Israël et le plan terroriste takfiriste qui vise la Syrie.

Abbas a affirmé que les pays qui soutiennent le terrorisme en Syrie et qui avaient contribué à l’effusion de sang des Syriens et à la destruction de leurs établissements, infrastructures et leur économie ont servi l’entité sioniste.

Abbas a ajouté que cette conférence avait été tenue dans des circonstances difficiles et des défis décisifs qu’affrontent la cause palestinienne et la région entière, soulignant l’importance de la prise des positions et de la mise au point des plans et des mécanismes afin de soutenir la lutte du peuple palestinien et d’unifier ses efforts face à l’occupant dans le but de libérer les territoires palestiniens et récupérer les droits légitimes des Palestiniens et d’établir un État palestinien indépendant.

«Nous faisons face aujourd’hui au terrorisme qui représente l’ennemi le plus féroce dans l’histoire et qui reçoit le soutien et le financement en fonds et en armes de certains pays dans la région et d’autres européens», a-t-elle dit.

Abbas a indiqué que la victoire ne se réalisera que par le biais de la coopération entre les pays arabes et par la mobilisation des potentiels afin de lutter contre le terrorisme takfiriste et le terrorisme israélien, qui menacent l’avenir des peuples dans la région, la paix et la stabilité dans le monde.

Elle a mis l’accent sur la coopération syro-irano-russe et sur le rôle de la résistance nationale libanaise dans la grande victoire, dans l’épuisement des potentiels des terroristes et leur éradication dans plusieurs zones en Syrie.

Elle a insisté que le fait que le pas le plus important est l’action sérieuse pour arrêter le soutien apporté aux terroristes par les pays qui les financent en armes et en fonds, ouvrent leurs frontières devant leur afflux et leur assurent la couverture politique, ajoutant que la lutte contre le terrorisme doit être en coordination avec l’État syrien conformément aux lois internationaux et non pas par le biais des opérations qui violent la souveraineté de la Syrie.

Abbas a affirmé que l’État syrien œuvre toujours pour réaliser les réconciliations locales dans les zones contrôlées par les terroristes.

Abbas a remercié la République islamique de l’Iran, la Russie et la résistance libanaise ainsi que les pays et les forces politiques qui s’étaient tenus aux côtés de la Syrie dans la guerre terroriste, affirmant la détermination des Syriens à réaliser la victoire sur le terrorisme.

Elle a enfin fait noter que la cause palestinienne restera toujours l’une des questions principales de la Syrie jusqu’à la récupération des droits du peuple arabe palestinien.

Les travaux de la 6e conférence ont auparavant commencé aujourd’hui avec la participation d’une délégation syrienne présidée par Hediya Abbas, présidente de l’Assemblée du peuple.

Les participants à la conférence examineront, au cours de deux jours, les défis internationaux et régionaux auxquels la cause palestinienne fait face, la consécration du principe de l’unité, la mise d’un terme à la partition dans la nation islamique et la mobilisation des potentiels pour soutenir le peuple palestinien.

Des représentants de 80 pays, au niveau de présidents des parlements, de leurs vice-présidents, et des chefs des commissions parlementaires, ainsi que des délégations parlementaires et juvéniles, des organisations non gouvernementales et des forces de la Résistance participent à cette conférence.

Le Guide Suprême de la Révolution islamique en Iran, Ali Khamenei, a prononcé l’allocution d’ouverture dans laquelle il a appelé au soutien politique au peuple palestinien, précisant que la Communauté internationale et les pays de la région n’avaient pas assumé jusqu’ici leur responsabilité à l’égard de la cause humanitaire palestinienne. «Le peuple palestinien porte seul le fardeau lourd dans l’affrontement du sionisme mondial», a-t-il ajouté.

Khamenei a indiqué que l’exemple de la résistance héroïque de l’Intifada « sacrée » a donné des acquis importants en faveur du peuple palestinien et réussi à imposer une guerre d’usure à l’ennemi israélien et à mettre en échec ses complots.

Pour sa part, le président du Conseil de la Choura iranien, Ali Larijani, a indiqué que le peuple palestinien souffre d’une double souffrance en raison de la pression pratiquée par l’entité sioniste qui poursuit l’établissement des colonies sur les territoires palestiniens et l’attisement de l’instabilité dans la région à travers son appui aux réseaux terroristes extrémistes en vue d’éclater des guerres qui épuisent les pays islamiques.

Par ailleurs, les participants à la conférence ont affirmé le droit sacré du peuple palestinien de faire face à l’occupation, appelant à s’unifier face aux sionistes et à leurs plans.

Dans une allocution qu’il a prononcée au début de la séance, le président de la chambre des députés libanaise, Nabih Berri, a insisté sur l’importance de renforcer l’unité nationale palestinienne face aux pratiques de l’occupant.

Berri a souligné que l’occupant rejette tout règlement politique sur la base de deux États et œuvre pour prolonger le blocus imposé à la bande de Gaza, réclamant aux pays islamiques de fermer leurs ambassades à Washington si la dernière n’a pas transféré son ambassade d’al-Qods occupé.

Il a de même réclamé à l’Union internationale des parlements de suivre les prisonniers palestiniens dans les prisons de l’occupant sioniste.

De son côté, le président du Conseil  de la Choura omanais, Khaled Maouli, a appelé la Communauté internationale à ne pas garder le silence à l’égard de la poursuite des agressions de l’identité de l’occupant contre les dispositions du droit international et humanitaire, assurant que l’axe des solutions pacifiques réside dans le soutien à la cause palestinienne et au droit du peuple palestinien à instaurer un État indépendant ayant sa souveraineté.

Il a dit : «Le terrorisme qui dévaste certains pays arabes nous pousse à s’unifier et à œuvrer pour éradiquer les sources de l’idéologie terroriste».

En outre, le président du Conseil législatif palestinien, Salim Zaanoune a fait allusion à la souffrance du peuple palestinien dans la bande de Gaza à l’ombre du blocus israélien et aux conditions difficiles, dont les Palestiniens font face dans les prisons de l’occupant.

Le président du parlement malaisien, Amin Molia, a appelé à accorder la priorité à la réalisation de la paix et à aider le peuple palestinien à poursuivre sa lutte légitime.

Il a enfin appelé les pays participant à la conférence à respecter leurs engagements à la charte des droits de l’Homme, ainsi que leur indépendance et leur souveraineté sans aucune condition préalable.

Bulletin Français

Check Also

Le ministère de la santé : les cas d’infections de coronavirus enregistrent une augmentation

Damas-SANA /Le nombres de cas d’infections de coronavirus, confirmés et suspects, enregistre une tendance ascendante …