La soif menace la vie d’environ un million de citoyens à Hassaké et dans sa banlieue

Hassaké – Sana/ Les forces d’occupation turque poursuivent leurs violations inhumaines contre les habitants de la ville de Hassaké et les rassemblements de population s’étendant dans la banlieue ouest du gouvernorat, en contrôlant la station de pompage d’eau d’Alouk et en utilisant l’eau comme une arme pour assoiffer les habitants et pour menacer la vie d’environ un million de personnes, d’autant plus que la station est la principale et la seule source pour leur fournir de l’eau potable.

Avec le commencement de l’été, la hausse des températures dans le gouvernorat de Hassaké et le besoin croissant d’eau, les forces d’occupation turque, en coopération avec leurs mercenaires terroristes, ont coupé plusieurs fois l’eau et cessé de le pomper depuis la station de puits d’Alouk, dont la dernière était hier dans un crime contre l’humanité.

Les habitants de la ville de Hassaké ont exprimé leur colère face à ces mesures criminelles prises par l’occupant turc dans la banlieue nord de Hassaké.

A ce propos, le jeune homme qui s’appelle Ragheb, l’un des habitants du quartier de Ghweiran, a indiqué que le fait de couper l’eau par l’occupant turc est un crime contre l’humanité, les organisations internationales et de secours doivent s’ingérer pour mettre fin à de telles pratiques et à neutraliser la station d’eau d’Alouk, car la coupure d’eau menace la vie de milliers de personnes dans le gouvernorat de Hassaké.

Un autre jeune homme dénommé Ali, l’un des habitants du quartier de Massaken, a indiqué que la fourniture de l’eau est l’un des plus gros problèmes auxquels ils sont actuellement confrontés, notamment à la lumière des températures élevées et de l’augmentation folle des prix de l’eau minérale, affirmant que l’occupant turc est derrière le problème de l’eau et tout le monde devrait voir ses crimes commis à l’encontre du peuple syrien.

Pour sa part, le directeur de l’établissement général de l’eau, l’ingénieur Mahmoud Okleh, a révélé que cette semaine, les forces d’occupation turque se trouvant dans la région, avaient arrêté 3 fois le travail à la station d’Alouk en empêchant ses employés d’y entrer et en cessant le pompage de l’eau, causant de graves souffrances aux habitants au centre de la ville de Hassaké et dans les quartiers avoisinants ainsi qu’aux habitants de la banlieue ouest.

A noter que l’occupant turc, depuis son agression contre les territoires syriens en octobre dernier, a coupé 17 fois l’eau depuis le projet d’Alouk.

D.H.

Check Also

L’éphéméride du 4 août

Damas-SANA / Ci-après l’éphéméride du 4 août : – 1060 : Décès de Henri Ier, …