Dans son allocution devant la Réunion des pays non-alignés, l’ambassadeur Bitar affirme la nécessité de s’engager à la lutte contre le terrorisme

Caracas – SANA /  L’ambassadeur de Syrie au Venezuela, Khalil Bitar, chef de la délégation de la République arabe syrienne à la Réunion ministérielle du Mouvement de non-alignement, a affirmé la nécessité de l’engament collectif à la lutte contre le terrorisme, et de la mise d’un terme aux agressions et à l’occupation et aux mesures coercitives économiques unilatérales.

Dans une allocution prononcée devant la Réunion précitée, l’ambassadeur Bitar a souligné la disposition de la Syrie à soutenir tout effort destiné à remettre sur les rails l’action du Mouvement des pays non-alignés, et exprimé sa pleine solidarité avec la République de Venezuela dans la préservation de la souveraineté et la mise en échec des plans agressifs visant à y changer le gouvernement légitime.

Il a exprimé le refus absolu de la Syrie des interventions américaines flagrantes dans les affaires internes de Venezuela, et son soutien au gouvernement du président légitime Nicolas Maduro et à un règlement politique qui respecte la souveraineté de ce pays.

Bitar a critiqué certains pays membres du Mouvement de non-alignement qui ont violé les principes de cette organisation et porter atteinte à son rôle, appelant ces pays à respecter les dix principes du Mouvement pour qu’elle recouvre sa place en tant que puissance efficace dans les relations internationales, qui protège la paix mondiale.

«Tenir cette Réunion sous le titre «Renforcement de la paix à travers le respect du droit international» reflète l’importance de l’instauration de la stabilité et la paix via le respect de la charte de l’ONU et du droit international et via la lutte contre le terrorisme, la mise d’une terme à l’occupation et aux mesures coercitives économiques unilatérales et la cessation des menaces d’utiliser la force dans les relations internationales», a dit Bitar qui a fait savoir que l’une des causes de l’absence de la paix et la sécurité internationales est la propagation du phénomène de l’emploi du terrorisme et de l’idéologie terroriste et extrémiste dans le monde.

«Certains pays efficaces négligent le soutien apporté au terrorisme et adoptent la ligne de la dualité des critères en affrontant ce phénomène, ce qui démontre l’absence de la volonté politique de l’éradiquer », a-t-il dit.

Il a à cet effet appelé à prendre des mesures dissuasives envers les pays commanditaires du terrorisme et à coordonner avec les pays concernés par la lutte contre le terrorisme.

Il a assuré que ce que fait le gouvernement syrien et ses alliés pour lutter contre le terrorisme est un droit souverain légitime et un devoir constitutionnel pour protéger ses citoyens, ajoutant qu’il est du droit de la Syrie, conformément à la charte de l’ONU, de riposter à toute agression visant sa souveraineté et ses territoires, que ce soit directe telle que celle menée par la «Coalition internationale» ou par la Turquie, et les agressions continues d’«Israël» qui est une force d’occupation, ou bien indirecte telle que le soutien apporté aux réseaux terroristes.

Il a, à cet effet, incité les pays non-alignés à prendre une position claire envers la condamnation de ces agressions.

De même, l’ambassadeur Bitar a fait savoir que les agressions israéliennes continues n’intimideront pas le peuple Syrie, mais elles consolideront sa détermination à vaincre le terrorisme et à récupérer le Golan syrien occupé jusqu’aux lignes de 4 juin 1967.

«La crise syrienne ne nous fera pas oublier notre droit légitime et incontestable à la récupération du Golan syrien occupée », a-t-il martelé.

D’autre part, il a affirmé le refus de la Syrie des mesures coercitives unilatérales imposées à certains pays non-alignés, tels que le Venezuela, l’Iran, la Corée démocratique, el Zimbabwe, Cuba et la Syrie, pour réaliser des agendas politiques.

Il a, en outre, réitéré la position constante de la Syrie envers le règlement politique de sa crise, basé sur le dialogue inter-syrien sans aucune intervention étrangère.

Enfin, il a réitéré la position de principe de la Syrie envers le soutien au droit du peuple palestinien à l’autodétermination, à l’établissement de son Etat indépendant, dont la capitale est al-Qods, et au retour des réfugiés.

L.A.

Check Also

Revue de presse

Damas – Sana / Les trois journaux Baath, Thawra et Tichrine parus ce matin à Damas, …