Jaafari : La Syrie continue à lutter contre le terrorisme et à défendre ses citoyens…Aucun pays n’accepte pas de laisser des terroristes contrôler l’une de ses zones

New York – Sana /  Le délégué permanent de la Syrie auprès de l’ONU, Bachar Jaafari, a affirmé qu’aucun pays ne peut rester les mains croisés devant la prise de contrôle par les terroristes de l’une de ses zone et la prise de ses civils comme otages, rappelant à cet effet qu’il est du devoir de l’Etat syrien de défendre ses citoyens et de lutter contre le terrorisme.

Lors de la séance du Conseil de sécurité de l’ONU tenue hier et consacrée à la situation en Syrie, Jaafari a critiqué le rapport du secrétaire général sur la situation humanitaire en Syrie, soulignant qu’il ne sert pas les intérêts du peuple syrien ni sa sécurité et consacre la plupart de ses pages à la situation à Idleb conformément à la vision du bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires «OCHA» et ses sources ouvertes.

«Ceux qui ont élaboré les rapports de l’ONU sur la situation en Syrie adoptent des termes restreintes et timides sans nommer les choses par leurs propres noms et sans jeter sur la coalition internationale, les forces d’occupation turques, les milices et les réseaux terroristes agents la responsabilité des agressions et des crimes de guerre commis à Raqqa, à Hajine, à Baghouz, à Deir Ezzor, à Tel Rifaat, à Afrine et à Minbej», a dit Jaafari qui a souligné la situation tragique dans laquelle se trouvent les syriens dans les camps de Rukbane et Hol.

Jaafari a estimé que certains pays investissent dans le terrorisme au lieu d’investir dans les efforts de développement durable, la protection de l’environnement et dans la mise d’un terme aux conflits et à la propagation des armes prohibées.

Il s’est interrogé à cet effet sur le sort des milliers de terroristes étrangers qui étaient sortis du camp de Hol et transporter vers d’autres lieux, et s’il vont être transporté à nouveau vers la Syrie via la Turquie?

Abordant l’action humanitaire, Jaafari a fait savoir que de grands accomplissements auraient pu être réalisés dans ce domaine si certains partenaires de l’ONU auraient été engagés à cette action et respecté la neutralité, la non politisation et la coopération complète avec le gouvernement syrien qui est la première partie concernée par l’état humanitaire.

Passant à la prise pour cible délibérément par le gouvernement syrien et ses alliés des civils et des infrastructures, Jaafari a affirmé que ces allégations sont nulles et infondées, faisant savoir que le gouvernement syrien ne peut pas rester les mains croisé devant le contrôle par les terroristes de l’une de ses zones et la prise de ses citoyens comme otages, ajoutant qu’il est du devoir de l’Etat syrien de protéger ses citoyens et de riposter aux attaques des terroristes.

«La Syrie n’épargnera aucun effort pour aider ses citoyens, leurs fournir le soutien et l’aide et reconstruire ce qui a été détruit par le terrorisme », a estimé Jaafari qui a souligné que l’amélioration de la situation humanitaire en Syrie passe via l’affrontement des interventions politique, militaire et économiques extérieures et le respect de sa souveraineté et son unité, le levée des mesures coercitives unipétales imposée à elle et le soutien des efforts déployés par l’Etat dans les domaines humanitaire et de développement.

Répondant aux délégués des pays membres du CS, Jaafari a fait noter que faire l’éloge de la l’action de l’association médicale syro-américaine révèle les liens de cette association avec les services de renseignements américains, ajoutant que cette association échoue chaque année à prendre une place consultative dans les réunions de la Commission des organisations non gouvernementales à l’ONU pour des raisons bien connues pour tous les membres.

«Cette association n’a pas obtenu une autorisation pour travailler en Syrie, ce qui rend son action illégale et contraire aux résolutions du CS et à la charte de l’ONU», a martelé Jaafari qui a ajouté que cette association, selon son directeur exécutif, avait donné 14 millions services médicaux à Idleb, dont 90% est contrôlé par le réseau terroriste du «Front Nosra », ce qui confirme la coopération entre elle et ce réseau terroriste et la réalité qu’elle donne ses services aux terroristes et non pas aux civils syriens.

Nebenzia : Les terroristes de Nosra continuent à séquestrer les civils à Idleb

Le délégué permanent de Russie auprès de l’ONU, Vassili Nebenzia, a souligné que certains pays négligent les crimes des réseaux terroristes à Idleb, affirmant que les accords sur la zone de désescalade n’incluent pas les réseaux terroristes.

Lors de la séance du Conseil de sécurité, Nebenzia a indiqué que le rapport du secrétaire général sur la situation en Syrie parle de la souffrance des milliers de syriens à Idleb sans mentionner que ceux-ci sont des otages chez le réseau terroriste du «Front Nosra».

Il a ajouté que les informations publiées par le CS se contredisent parfois avec les communiqué provenant des zones de désescalade, ce qui démonte des tentatives de politiser le dossier humanitaire syrien.

Il a appelé le secrétariat général de l’ONU et ses organisations spécialisées, dont l’Organisation mondiale de la Santé, à ne pas publier des informations incertaines et à prendre leurs données des sources confiantes.

Pour sa part, le délégué de la Chine a assuré que l’action humanitaire en Syrie doit se conformer aux résolutions du CS et respecter la souveraineté et l’indépendance de la Syrie, appelant la communauté internationale à s’unifier face aux réseaux terroristes en Syrie et à œuvrer pour parvenir un règlement politique de la crise conformément à la résolution No 2254 du CS.

L.A.

 

 

Check Also

La Syrie participe au forum stratégique régional de l’UPU

Damas-SANA / Avec la participation de la Syrie, les travaux du forum stratégique mondial de …